Quantcast i24NEWS - Israël: le pays où coulent le lait, le miel… et le whisky

Israël: le pays où coulent le lait, le miel… et le whisky

La distillerie Milk & Honey est la première fabrique de whisky de l'Etat hébreu
Ran Biran

Tout est parti d’un rêve. Celui de cinq amis venus du monde des startups et de l'entreprenariat avec une idée bien précise: fonder une fabrique de whisky. Et pas n’importe laquelle: la première d’Israël !

Tout, absolument tout, est alors à créer. En 2012, le projet commence avec des travaux conséquents. C’est dans une ancienne usine à pain, située dans une zone industrielle du sud de Tel Aviv, que la distillerie Milk & Honey sera construite.

"Nous avons dû faire venir certaines machines de l’étranger, notamment d’Irlande, car elles n’existaient pas en Israël. Les cuves, qui peuvent contenir plusieurs milliers de litres de liquide, ont elles été commandées sur mesure, à des entreprises israéliennes", raconte Gal, en charge du centre des visiteurs. "Pour nous, il était important que des artisans locaux fassent partie de l’histoire de la première distillerie de whisky du pays", précise la jeune femme à i24NEWS.

Dor Avrahami

"Au départ, nous avons commencé petit, mais avec un impératif: utiliser uniquement des matières premières de très haute qualité", confie Eitan Attir, l’actuel PDG de Milk & Honey.

"Nous avons choisi Tel Aviv car c’est une ville tournée vers la nouveauté, les nouvelles technologies, la gastronomie… mais pas seulement", raconte le directeur de la distillerie israélienne. "Le climat local, chaud et humide, accélère le processus de fabrication du whisky, qui devient 3 à 4 fois plus rapide", précise-t-il.

Un processus bien rodé

Si seuls trois ingrédients de base - une céréale, de la levure et une grande quantité d’eau - sont nécessaires à la fabrication du whisky, il faut également beaucoup de savoir-faire pour créer un produit de qualité.

Dans la distillerie Milk & Honey, six ouvriers ont été affectés à la production du premier whisky de l’Etat hébreu. A leur tête, le chef distillateur Tomer Goren, qui a fait ses classes en Ecosse.

Dans l’impressionnante fabrique israélienne, les employés s’affairent devant le groupe de visiteurs qui est venu découvrir l’entreprise.

Dor Avrahami

"Je ne suis pas particulièrement fan de whisky, mais je suis curieuse", confie Aya, une quadragénaire qui habite Tel Aviv. "J’ai appris beaucoup de choses aujourd’hui car je ne connaissais rien sur le processus de fabrication de cet alcool", précise l’Israélienne.

"Depuis l’ouverture du centre des visiteurs en 2016, nous avons accueilli plus de 8.000 personnes", précise Gal, la responsable des lieux.

Itay, qui est venu avec son père et son frère, est lui un connaisseur. "Le whisky est un alcool qu’il faut savoir apprécier. J’en bois lorsque je passe une soirée à la maison avec des amis par exemple", raconte le jeune homme. Il confie toutefois qu’à part l’arak (un anis très apprécié en Israël, et produit localement), dans l’Etat hébreu, le marché des alcools forts est pour le moment très réduit.

Ran Biran

Ce n’est peut-être plus le cas pour longtemps… En s’appuyant sur des exemples concrets, qui ont totalement transformé le marché local par le passé, Gal explique aux visiteurs pourquoi la situation va changer: "A la fin des années 80, les Israéliens ont vu fleurir de nombreuses caves à vin artisanales. Dans les années 2000, ça a été au tour des micro-brasseries". En 2018, l’heure de gloire est désormais venue… pour le whisky !

Un caractère bien trempé

"Le marché est en pleine expansion", précise le PDG de Milk & Honey. "Les gens sont à la recherche de produits qui changent de l’ordinaire, qui ont quelque chose de spécial, racontent une histoire", indique Eitan Attir à i24NEWS.

Au sein de la distillerie, qui produit également d’autres alcools, l’accent a donc été mis sur le caractère israélien des produits.

Dans son gin Levantine, l’équipe de Milk & Honey a rajouté des épices locales, qu’elle est directement allée chercher auprès des petits commerçants du marché Levinsky, situé dans le sud de Tel Aviv.

Ces notes de cannelle, de poivre noir, de coriandre, semblent avoir conquis le cœur des amateurs, au delà des frontières de l’Etat hébreu. En 2018, le gin fabriqué par la distillerie Milk & Honey a obtenu une médaille d’argent lors de la London Spirits Competition, un concours récompensant les meilleurs spiritueux du monde selon leur finesse, leur rapport qualité-prix et leur packaging.

Ran Biran

"On est fiers de ce que l’on fait, et de ce que l’on est", confie le PDG de la distillerie qui, pour les 70 ans de l’Etat hébreu, a souhaité marquer le coup en faisant appel à sept personnalités israéliennes - des artistes, des chefs ou encore une athlète paralympique - pour créer une liqueur d’exception, en l’honneur de l’événement.

Présenté dans une bouteille aux couleurs bleue et blanche, cet alcool a symboliquement été appelé "Roots", en français "Racines". Un produit qui selon la distillerie a "l’essence de l’authenticité", auxquels s'ajoutent "l’arôme, la saveur de l’existence d’Israël". Et comme tous les produits Milk & Honey, il dispose d’un certificat de cacheroute. Alors, le’haïm !

Il est possible de visiter les locaux de Milk & Honey, première distillerie israélienne de whisky, les mardis, jeudis et vendredis, sur réservation.

Laura Jeanneau est journaliste pour le site d’i24NEWS en français

Commentaires

(1)

Deja connu

8Article précédentIsraël: le pays où coulent le lait, le miel… et le whisky