Quantcast i24NEWS - Israël: un rabbin arrêté par la police pour avoir célébré des mariages non-orthodoxes

Israël: un rabbin arrêté par la police pour avoir célébré des mariages non-orthodoxes

Ketouba et alliances mariage juif

Un rabbin conservateur a été interpellé par la police israélienne très tôt jeudi matin pour être interrogé au sujet de cérémonies de mariage qu’il a par le passé célébrées en dehors de l’instance publique de la rabbanout, le tribunal rabbinique israélien, en charge des unions religieuses dans l’Etat hébreu.

Selon un porte-parole du mouvement massorti en Israël, la police a frappé à la porte du rabbin Dov "Dubi" Haiyun, vers 5 heures du matin, pour le faire interroger dans la ville de Haïfa, après une plainte déposée par le tribunal rabbinique.

Dans un communiqué, un porte-parole du tribunal rabbinique a déclaré que l’officiant était accusé d’avoir célébré le mariage d’un Juif issu d’une relation extraconjugale, chose interdite par la halakha, la loi religieuse juive, appliquée à la lettre par les ultra-orthodoxes.

Le rabbin Dov Haiyun, qui pratique des mariages juifs alternatifs depuis des années, a été libéré quelques heures plus tard, après s’être engagé à se présenter pour un second interrogatoire dimanche, a indiqué le porte-parole de la police.

La police a ensuite annulé l’interrogatoire, indiquant que le rabbin serait convoqué si l’enquête le nécessitait.

"Je ne suis pas un criminel, pas un meurtrier", a déclaré Haiyun, qui a décrit l’incident comme "déplaisant".

"La police a été traînée pour servir les tribunaux rabbiniques orthodoxes. C’est un jour triste pour la démocratie israélienne", a également estimé le rabbin.

Cette interpellation de la police rompt radicalement avec la politique de non-répression de l’Etat sur la question du mariage.

"L’Iran est là", a écrit Haiyun sur Facebook, depuis le poste de police.

En Israël, le rabbinat supervise les questions d’état-civil pour les Juifs, notamment sur le mariage et le divorce, et ne reconnaît pas les unions civiles contractées dans le pays, ni les cérémonies orchestrées par des officiants non-orthodoxes.

Certains Israéliens, juifs et non-juifs, n’ont pas la possibilité de se marier dans leur pays, car seul le tribunal rabbinique orthodoxe est habilité à célébrer les unions religieuses dans l’Etat hébreu.

Selon la stricte halakha, certains couples n’ont pas le droit de s’unir religieusement: les Cohanim – personnes dont les ascendants étaient prêtres – ne peuvent par exemple pas épouser des femmes converties ou divorcées. Des enfants nés de relations extra-conjugales ne sont pas non-plus autorisés à se marier devant le tribunal rabbinique israélien.

Bien que l’organisation de ces cérémonies soit illégale et passible d’une peine de prison, aucune répression n’est généralement appliquée par la police de l’Etat hébreu.

L’interrogatoire du rabbin Dov Dubi Haiyun a été vivement condamné par les députés israéliens de l’opposition.

Yaïr Lapid, chef du parti centriste laïc Yesh Atid, a déploré "la folie de la coercition haredi (ultra-orthodoxe, NLDR)". "Les ultra-orthodoxes ont décidé de montrer qu’ils contrôlent le pays. Nous défendrons le rabbin Haiyun, c’est un scandale", a-t-il ajouté.

"Ici, ce n’est pas l’Iran", a quant à lui tweeté le chef du parti travailliste Avi Gabbay, appelant le chef de la police à s’assurer que cet incident soit "le premier et le dernier".

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: un rabbin arrêté par la police pour avoir célébré des mariages non-orthodoxes
8Article suivantDes ex-commandos israéliens au service des "baroudeurs du dimanche"