Quantcast i24NEWS - Tel Aviv: les immigrants juifs mis à l’honneur lors d’une reconstitution exceptionnelle

Tel Aviv: les immigrants juifs mis à l’honneur lors d’une reconstitution exceptionnelle

Des photos anciennes ont été exposées lors de l'événement HaApala 2018 à Tel Aviv
Laura Jeanneau / i24NEWS

Habituellement fréquentée par les baigneurs assidus et les joueurs de volley-ball concentrés, lundi après-midi, la plage Gordon de Tel Aviv a vu affluer des visiteurs inhabituels : familles nombreuses, personnes âgées et curieux de passage se sont pressés en masse sur la promenade du nord de la ville blanche, malgré un soleil de plomb.

Il faut dire que la municipalité de Tel Aviv - mais aussi plusieurs organisations sionistes telle que la World Zionist Organization - leur avait promis un événement de taille pour célébrer l’année du 70ème anniversaire de l’Etat d’Israël : la "HaApala 2018", une grande mise en scène reconstituant l’arrivée en Terre promise des premiers immigrants juifs par voie marine.

Pour le moment, aucune trace du bateau à l’horizon… Cependant, le retard ne semble pas inquiéter les centaines de curieux rassemblés sur les côtes et qui ont, en attendant, de quoi s’occuper : alors que les uns posent devant une réplique de navire ancien, d’autres se prennent au jeu, enfilant vêtements d’époque pour une photo plus vraie que nature.

"Je me suis déguisé avec un béret, une vieille veste, et bien sûr une valise", raconte Tomer, un Israélien venu de Tirat Karmel, une ville située dans le nord du pays, avec sa famille. "On a ressenti un petit quelque chose en portant ces habits", confie ce père de trois enfants. "Ma mère faisait partie des immigrants marocains arrivés en Israël par bateau. Elle nous a raconté que c’était très dur à l’époque", ajoute Tomer. Sa femme confirme : "Toute cette reconstitution est très émouvante. On imagine les navires avec à leur bord des femmes, des enfants, serrés les uns contre les autres pendant plusieurs jours".

Laura Jeanneau / i24NEWS

La Terre promise a connu plusieurs vagues d’immigration à partir des années 1880. La première, intitulée 'Alyah Aleph', bien que non-officielle, n’était pas illégale. Mais d’autres, telle que l’'Alyah Bet', qui s’est déroulée de 1938 à 1948, enfreignaient la loi. A l’époque, face au danger encouru par les Juifs européens menacés d'extermination, des embarcations sont aménagées à la hâte et prennent la route de la Palestine mandataire, coûte que coûte.

L’une des plus célèbres d’entre elles, l’Exodus, quitte le port de Sète le 11 juillet 1947 avec 4.554 personnes à son bord. Le bateau était alors conçu pour seulement 700 passagers…

Rina, dont les parents polonais ont survécu à la Shoah, fait partie des Juifs arrivés en Israël il y a plus d’un demi-siècle par voie maritime. "J’ai 70 ans et 8 mois", raconte-t-elle. "Je n’étais encore qu’un bébé lorsque ma famille a entrepris ce grand voyage. Mais à la maison ce sujet de conversation revenait sans cesse. L’histoire de mes parents, je l’ai entendue plus de 1.000 fois", ajoute l’Israélienne.

Camps de détention

"Lorsque le bateau est arrivé au port de Haïfa, les Anglais nous attendaient", raconte Rina. "L’embarcation (illégale pour les Britanniques, NDLR) a été bloquée. Nous voyions enfin la Terre promise mais il nous était impossible d’y accoster. Les gens étaient fous de rage, ils ont commencé à jeter tout ce qui se trouvait en leur possession sur les autorités, y compris la nourriture", témoigne-t-elle.

De nombreux nouveaux immigrants sont alors envoyés dans des camps de détention, à Chypre, mais aussi au sein de la Palestine mandataire, qui deviendra un peu plus tard l'Etat hébreu. L'établissement d’Atlit est l’un des plus connus et a aujourd’hui été transformé en musée. Noa Gefen, directrice du développement au sein de la Société pour le Préservation des sites d’Héritage d’Israël (SPIHS), confie que l’intérêt du public pour l’histoire de l’immigration juive est toujours intact : "Plus de 100.000 visiteurs se sont rendus à Atlit cette année. En venant sur place, on apprend plus de choses que dans un livre", estime-t-elle.

Alors que la foule est de plus en plus compacte sur la plage Gordon, au loin, le signal sonore d’un navire se fait entendre... Deux embarcations s’approchent des côtes de Tel Aviv. Les curieux se pressent sur le sable pour admirer le spectacle. "C’est magnifique, tellement émouvant", s’extasie Liat, appareil photos en main. "Mes grands-parents ont vécu exactement la même chose, ils sont arrivés par bateau, comme ça", explique-t-elle, la larme à l’œil.

Laura Jeanneau / i24NEWS

Pendant plusieurs minutes, aux abords de la plage Gordon, les embarcations tanguent. Alors que les vagues roulent, rendant la mer agitée, la foule impatiente est envoûtée par le spectacle.

Un à un, des canaux sont descendus des navires pour être mis à la mer. Les passagers des embarcations s’y glissent chacun leur tour, avant de ramer vers le rivage. Une mise en scène plus vraie que nature qui donne à certains des élans d’héroïsme : plusieurs personnes se jettent dans les flots pour porter secours aux canots et aider les "nouveaux immigrants" à accoster.

Alors que des centaines de personnes sont réunies sur le sable, les passagers des navires y posent enfin leurs pieds. Une version moderne de la chanson "Evenou shalom aleichem", "Nous vous annonçons la paix", résonne depuis les enceintes installées sur la promenade de Tel Aviv.

Laura Jeanneau / i24NEWS

En cœur, la foule entonne le refrain de cette mélodie populaire, tapant énergiquement des mains.

Clou de l’événement HaApala 2018, une grande chorégraphie les pieds dans le sable, effectuée en costumes d’époque et à laquelle des dizaines de participants tout sourire se joignent. Ce lundi soir à Tel Aviv, la danse a été effectuée à trois reprises consécutives et suivie par de nombreuses autres chants connus de tous.

Si l’Alyah Bet a eu lieu il y a bien longtemps, les chansons juives traditionnelles n’ont, elles, pas pris une ride…

Laura Jeanneau est journaliste pour le site d’i24NEWS en français

Commentaires

(0)
8Article précédentUSA: un sommet à l'ONU en septembre pour attirer l'attention sur la tuberculose
8Article suivantIsraël: peine de prison alourdie en appel contre un ex-magnat