Quantcast i24NEWS - Israël salue les succès de ses judokas comme la réponse adéquate à Abou Dhabi

Israël salue les succès de ses judokas comme la réponse adéquate à Abou Dhabi

Miri Regev, ministre israélienne des Sports et de la Culture
i24NEWS
"Israël a gagné alors qu'on essayait de maintenir nos athlètes dans l'ombre", a réagi Miri Regev

La ministre israélienne des Sports a salué vendredi les succès des judokas de son pays dans un grand tournoi à Abou Dhabi, estimant qu'ils constituent la meilleure réponse à la décision des organisateurs d'interdire l'hymne national israélien.

"Ces victoires israéliennes à Abou Dhabi sont la réponse du berger à la bergère. Israël a gagné alors qu'on essayait de maintenir nos athlètes dans l'ombre", a réagi Miri Regev dans un communiqué publié par ses services.

L'Israélien Tal Flicker a remporté jeudi la médaille d'or en moins de 66 kilos à l'"Abu Dhabi Grand Slam". Sa compatriote Gili Cohen a enlevé le bronze en moins de 52 kilos.

Capture d'écran YouTube

Les concurrents israéliens n'ont pas non plus été autorisés à porter des symboles israéliens sur leurs tenues lors de la compétition, et ont été inscrits au tournoi comme représentants de la Fédération Internationale de Judo.

Quand Tal Flicker est monté sur la plus haute marche du podium, c'est l'hymne de la fédération internationale qui a retenti, et non pas celui d'Israël. C'est également le drapeau de la même fédération, et non pas celui frappé de l'étoile de David, qui a été hissé. Tal Flicker a alors entonné lui-même l'hymne israélien.

"J'ai décidé de chanter HaTikva sur le podium parce qu'Israël est mon pays. Je suis fier d'être Israélien et l'hymne des championnats du monde qu'on a joué n'était qu'un bruit de fond", a-t-il expliqué dans une vidéo diffusée ensuite sur internet.

"Partout dans le monde, on joue l'hymne et on hisse le drapeau national israélien, partout sauf sur la scène obscure et anxiogène d'Abou Dhabi, étrangère à l'esprit olympique", a déploré la ministre des Sports israéliennes vendredi.

Les judokas israéliens avaient déjà concouru dans les mêmes conditions en 2015. 

Les organisateurs de l'Abu Dhabi Grand Slam n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour un commentaire.

Selon la presse israélienne, ils se justifient en invoquant la protection des sportifs israéliens contre d'éventuelles manifestations hostiles, a rapporté la presse israélienne. 

Israël et les Emirats Arabes Unis n'ont aucune relation, les Emirats ne reconnaissant pas l'Etat hébreu. La participation d'athlètes israéliens à des compétitions internationales donne régulièrement lieu à des réactions hostiles et des décisions de boycott de la part d'organisations ou de sportifs arabes ou musulmans.

Aux jeux Olympiques de Rio en 2016, le judoka égyptien Islam El Shehaby avait refusé de serrer la main de son vainqueur israélien, Or Sasson.

Le judo est une discipline phare en Israël et lui a rapporté ses deux seules médailles des JO-2016 (en bronze, dont une pour Sasson).

(avec agence)

Commentaires

(4)

L’hymne israélien à retentir dans nos cœur ...bravo tal .....

Bravo à vous mon Champion.

Je comprends mal comment on peut participer à un tournois de Judo dans ces conditions dans un pays hostile et quitter l'Unesco pour des raisons quasiment équivalentes ou en tous cas similaires.

Bravo aux vainqueurs mais il ne faut plus accepter cette humiliation de devoir baisser la tête. C’est un échec

8Article précédentJudo: l'Israélien Tal Flicker remporte la médaille d'or à Abu Dhabi
8Article suivantConflit israélo-palestinien: la Fifa refuse de s'en mêler