Quantcast i24NEWS - Deux nouvelles médailles israéliennes dans le grand tournoi de judo à Abou Dhabi

Deux nouvelles médailles israéliennes dans le grand tournoi de judo à Abou Dhabi


Ni Sasson ni Paltchik n'ont pu porter de symboles israéliens sur leurs kimonos

Deux autres judokas israéliens ont remporté samedi des médailles dans le grand tournoi à Abou Dhabi, ce qui porte à cinq le nombre total de victoires israéliennes alors que le pays hôte a refusé de jouer l'hymne national des athlètes et a refusé qu'ils portent le sigle de leur pays.

Le médaillé olympique Or Sasson a terminé troisième après avoir vaincu le belge Benjamin Harmegnies dans la catégorie homme et plus de 100 kilogrammes.

Plus tôt, Peter Paltchik avait remporté la médaille de bronze dans la catégorie des moins de 100 kilogrammes après avoir battu le Hongrois Miklós Cirjenics.

Ni Sasson ni Paltchik n'ont pu porter de symboles israéliens sur leurs kimonos. Comme cela avait été le cas cette semaine avec leurs compatriotes, le drapeau d'Israël n'a pas été hissé quand Paltchik et Sasson ont reçu leurs médailles sur les marches du podium.

L'Israélien Tal Flicker a remporté jeudi la médaille d'or en moins de 66 kilos à l'"Abu Dhabi Grand Slam". Sa compatriote Gili Cohen a enlevé le bronze en moins de 52 kilos.

L'un et l'autre ont dû, à l'instar des 12 membres de la délégation israélienne et contrairement aux compétiteurs des autres pays, concourir sous des kimonos dépourvus du sigle ISR, les trois lettres désignant Israël dans les compétitions sportives.

Ce sigle avait été remplacé par celui de la fédération internationale.

Quand Tal Flicker est monté sur la plus haute marche du podium, c'est l'hymne de la fédération internationale qui a retenti, et non pas celui d'Israël. C'est également le drapeau de la même fédération, et non pas celui frappé de l'étoile de David, qui a été hissé.

Tal Flicker a alors entonné lui-même l'hymne israélien.

"J'ai décidé de chanter HaTikva sur le podium parce qu'Israël est mon pays. Je suis fier d'être Israélien et l'hymne des championnats du monde qu'on a joué n'était qu'un bruit de fond", a-t-il expliqué dans une vidéo diffusée ensuite sur internet.

La ministre israélienne des Sports a salué vendredi les succès des judokas de son pays dans un grand tournoi à Abou Dhabi, estimant qu'ils constituent la meilleure réponse à la décision des organisateurs d'interdire l'hymne national israélien.

Aux jeux Olympiques de Rio en 2016, le judoka égyptien Islam El Shehaby avait refusé de serrer la main de son vainqueur israélien, Or Sasson.

Le judo est une discipline phare en Israël et lui a rapporté ses deux seules médailles des JO-2016 (en bronze, dont une pour Sasson).

Commentaires

(4)

C'est vraiment une grande comédie et l'ONU et les soit disant droits de l'homme sont responsables. Sur une chaîne qui diffusait ces combats les journalistes nomment les sportifs Israéliens, reconnaissent qu'ils ne combattent pas sous leurs couleurs mais ne veulent rien dire et rester dans le domaine du sport uniquement, une honte pour le pays, soit disant, des droits de l'homme!

Les Israéliens sont les plus forts! le reste c’est du pipi de chat.

Mais depuis que les pays arabes investissent des millions d’euros en France le droit de l’homme a été mis à la poubelle ils ont acheté l’interdiction de leurs dire non quand l’on voit le dernier rapport anti israéliens du représentant canadien on a tout compris alors vivent nos judokas

pas de drapeau pas d hymne mais on leur a pris leur OR

8Article précédentConflit israélo-palestinien: la Fifa refuse de s'en mêler
8Article suivantRefus d'un judoka émirati de saluer un Israélien: les EAU présentent leurs excuses