L'Australie annule encore le visa de Djokovic mais sursoit à son expulsion

AFP

3 min
Novak Djokovic lors d'un match de demi-finale de tennis au Madrid Arena à Madrid, Espagne, le 3 décembre 2021.
AP Photo/Bernat ArmangueNovak Djokovic lors d'un match de demi-finale de tennis au Madrid Arena à Madrid, Espagne, le 3 décembre 2021.

"Djokovic est extrêmement bien armé et dispose d'une équipe compétente autour de lui"

L'Australie a relancé vendredi de façon spectaculaire la saga Djokovic en annulant à nouveau le visa du numéro un mondial de tennis, qui ne sera toutefois pas expulsé avant que la justice n'ait statué sur son recours, mais qui pourrait retourner en rétention dès samedi.

Le tennisman de 34 ans, entré en Australie sans être vacciné contre le Covid-19, a continué vendredi à s'entraîner dans l'espoir de conquérir un 10e titre à l'Open d'Australie, qui démarre lundi, et une 21e victoire en Grand Chelem, ce qui serait un record.

Las, en fin de journée, le ministre de l'Immigration Alex Hawke a annoncé l'annulation, pour la deuxième fois, du visa australien du Serbe. Une décision prise "sur des bases sanitaires et d'ordre public", a précisé le ministre.

"Les Australiens ont fait de nombreux sacrifices pendant cette pandémie, et souhaitent à juste titre que le résultat de ces sacrifices soit protégé", a défendu le Premier ministre australien Scott Morrison.

Video poster

La bataille s'est poursuivie vendredi soir devant la justice. Lors d'une audience en référé devant un juge de Melbourne, à qui les avocats de Djokovic ont demandé de bloquer l'expulsion, le représentant du gouvernement a annoncé que le joueur ne serait pas expulsé avant que la justice n'ait statué sur son cas.

Les avocats de Djokovic ont demandé à ce qu'il reste en liberté pendant la durée de la procédure. Le représentant du gouvernement a assuré qu'il ne retournera pas en rétention avant un interrogatoire prévu samedi matin devant les services d'immigration, mais que les autorités comptaient ensuite le placer de nouveau en rétention.

"Djokovic est extrêmement bien armé et dispose d'une équipe compétente autour de lui. Il peut soit rester et se battre, soit partir", a expliqué l'avocat spécialisé dans les questions d'immigration Christopher Levingston.

"Nole" avait vu son visa annulé une première fois à son arrivée à Melbourne le 5 janvier et il avait déjà été placé dans un centre de rétention.

Ses avocats avaient alors obtenu d'un juge qu'il rétablisse son visa et ordonne sa libération immédiate le 10 janvier. Mais le ministre de l'Immigration a finalement annulé à nouveau son visa vendredi en vertu de son pouvoir discrétionnaire.