Quantcast i24NEWS - Sarkozy "a déballé le tapis rouge" au Qatar (Emmanuel Petit dans Elie sans interdit)

Sarkozy "a déballé le tapis rouge" au Qatar (Emmanuel Petit dans Elie sans interdit)

Emmanuel Petit, Thierry Colombié, et Eric Champel, dans "Elie sans interdit"
i24NEWS

"Ce n'est pas un secret de polichinelle ce qui s'est passé avec le Qatar ici en France avec Nicolas Sarkozy, c'est quand même lui qui a déballé le tapis rouge", a affirmé l'ex-footballeur Emmanuel Petit, invité aux côtés de Thierry Colombié spécialiste du grand banditisme, et Eric Champel, journaliste à l'origine du scandale de la FIFA, dans l'émission "Elie sans interdit" pour débattre sur le sujet des dérives et scandales dans le milieu du football.

"On sait bien que Sarkozy est l'ambassadeur du Qatar en France, je pense qu'ils (le Qatar) ont largement contribué à financer ses campagnes électorales, il en était redevable", a aussitôt confirmé M. Champel, alors qu'Elie Chouraqui évoquait les enjeux géopolitiques dans le milieu sportif.

"Ce sont les Etats qui possèdent des clubs", a d'abord fait remarquer le cinéaste, à l'image du Qatar qui possède le Paris-Saint-Germain.


"Quelque part, Sarkozy était forcément redevable au Qatar pour qu'il ait à ce point usé de tous les leviers pour convaincre Platini de voter pour le Qatar" pour l'organisation de la coupe du monde de football en 2022, a poursuivi M.Champel.

La monarchie a "réussi à obtenir, par des biais tout à fait détournés, l'organisation de la coupe du monde 2022", a-t-il insisté. Le Qatar, au vu de sa petite superficie, s'est imposé dans le milieu du football parisien afin "d'exister sur la scène internationale", a-t-il ajouté.

"La question n'est pas de connaître le rôle de Sarkozy, c'est de connaître le but du Qatar", a indiqué de son côté M. Colombié, estimant que la monarchie "tente de se blanchir d'actions compromettantes, notamment au Proche-Orient", c'est un "rachat de virginité".


Les trois spécialistes se sont également accordés sur la critique du "système bien cadenassé" des plus grandes fédérations de football telles que la FFF (la Fédération Française de Football), la FIFA, et l'UEFA (Union des associations européennes de football).

Des procédés qui font "le jeu des petits arrangements entre copains", a affirmé M. Petit. "La structure pyramidale", décrite par Thierry Colombié est à l'origine de nombres de scandales. "Ce qui fait le pont entre l'argent et le pouvoir c'est le profit", a-t-il noté.

L'un des scandales les plus retentissants dans l'histoire du football reste l'affaire du "Fifagate", lorsque Michel Platini, président de la fédération, a été suspendu de ses fonctions en 2015 pour "paiement déloyal", mettant ainsi en lumière plusieurs dizaines d'affaires de corruption parmi les plus hauts dirigeants de fédérations.


"Platini s'est fait bananer" par des gens "au sein de l'UEFA" qui sont "rompus à la politique et à toutes ces basses manœuvres", et qui "ne voulaient pas que le système change", a accusé l'ex-footballeur.

"On peut dire que je crache dans la soupe ça m'est complètement égal", poursuit M. Petit qui dit avoir "reçu des menaces émanant de la FIFA à l'époque où je disais que la FIFA était corrompue avant même qu'elle n'explose". "Je vais vous parler sincèrement, je m'en tape, mais royalement", précise-t-il.

(Re)voir l'intégralité de l'émission:

Commentaires

(0)
8Article précédentOpen d'Australie: Roger Federer fait monter son record à 20 titres du Grand Chelem
8Article suivantLigue des champions: un Real renversant corrige le PSG 3-1