Quantcast i24NEWS - Festival DLD: France-Israël, la combinaison du succès ?

Festival DLD: France-Israël, la combinaison du succès ?

De nombreux talents français montent leur startup en Israël
Tomer Appelbaum

En ce qui concerne les startups, la réputation d’Israël n’est plus à faire : Waze, Mobileye ou encore Colu, pour n’en citer que trois, sont toutes des entreprises visionnaires dont la réussite a pris racine sur le sol de l’Etat hébreu.

Depuis lundi, cet esprit d’initiative dont les Israéliens sont si fiers est mis à l’honneur lors du DLD Tel Aviv Innovation Festival 2018, le plus grand sommet sur l’innovation du pays.

"Cet événement est le laboratoire du futur: les projets présentés sont ceux qui nous permettent de voir aujourd’hui ce qu’il va se passer dans les cinq prochaines années", explique Maxime Seligman, spécialiste du web marketing et directeur de WebSchool.

Ce franco-israélien est un habitué du Digital Life Design (DLD), un événement qui explore la façon dont l’ère numérique modifie fondamentalement notre vie, la société, et le monde des affaires.

Selon le journal The Economist c’est "l’une des deux plus importantes conférences sur l’innovation d’Europe". 210 délégations venues du monde entier sont attendues lors du festival et plus de 100 startups seront représentées devant près de 25.00 participants.

"Lors de cet événement vous avez l’occasion de rencontrer beaucoup de monde et de vous rapprocher des grandes marques", explique Shaï Douillet, co-fondateur de Watch and Give, une startup qui vient de lever plusieurs centaines de milliers d’euros. Lors de la cérémonie d’ouverture des conférences, mercredi 5 septembre, le jeune entrepreneur prendra la parole aux côtés de Yossi Vardi, président du DLD Tel Aviv Innovation Festival.

Et si l'entrepreneur israélien a invité des grands groupes tels qu'Orange ou Google lors de cet événement, il a aussi convié des acteurs français, particulièrement investis dans le domaine de l'innovation: "La région Sud est l'avant-poste d'une politique euro-méditerranéenne", confie à i24NEWS Caroline Pozmentier, vice-présidente du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur. "L'innovation Israélienne peut tout à fait convenir au savoir-faire de notre territoire de façon 'gagnant-gagnant'. Nous sommes venus voir quelles sont les opportunités pour des contrats de partenariats mais aussi celles d'un accompagnement à l'export entre la France et Israël", précise l'élue.

Israël-France : un duo de choc ?

Si les entrepreneurs ne juraient que par la Silicon Valley américaine il n’y a encore pas si longtemps, l’Etat hébreu a lui aussi su conquérir les nouveaux génies de la high-tech, et parmi eux, de nombreux Français.

"La French Tech Israel est présente chaque année au festival DLD", explique Leslie Gahnassia, coordinatrice de ce réseau d’entrepreneurs et d’investisseurs venus de l’Hexagone et aujourd’hui installés en Israël. "Nous comptons actuellement plus ou moins 70 personnes, principalement basées à Tel Aviv", ajoute-t-elle.

"Ici, vous trouvez toutes les friandises de la high-tech", explique Maxime Seligman à i24NEWS. "Israël est un vivier de production. On s’intéresse moins à vos diplômes mais plus à votre capacité de produire, et rapidement", ajoute l’entrepreneur franco-israélien, qui valorise également la "French touch": "Les Israéliens ont encore beaucoup à apprendre, notamment des Français, qui viennent d’un pays où l’on utilise des technologies de pointe, sur le long terme, en pensant à la pérennité", explique-t-il.

Son constat est partagé par Shaï Douillet: "Les Israéliens sont précurseurs dans le domaine des nouvelles technologies, le niveau est très élevé, on arrive à obtenir de nouveaux brevets... Mais en France, on s’intéresse plus à des concepts, comme BlaBlaCar par exemple", explique le co-fondateur de Watch and Give - qui permet de transformer l’engagement virtuel des utilisateurs en dons réels pour des causes et associations.

Tomer Appelbaum

"En tant que franco-israélien, vous avez une double casquette, et si les atouts des deux pays s’unissent, on peut faire des choses formidables", précise-t-il à i24NEWS.

Pour preuve: sa startup a remporté le prestigieux prix VivaTech, décerné cette année lors de la deuxième édition du Salon Viva Technology, qui de déroulait en mai dernier au Paris Expo Porte de Versailles.

La France : "start-up nation" de demain ?

Sur place, Emmanuel Macron l’a rappelé: l’Hexagone va devenir le pays "leader de l'hyper-innovation".

Pour séduire les étrangers, le gouvernement français a notamment mis en place le French Tech Visa, une procédure simplifiée et accélérée pour l’obtention d’un titre de séjour pluriannuel valable 4 ans.

Leslie Gahnassia et la French Tech s'attellent eux aussi à atteindre l'objectif ambitieux du président français: "Notre but, c’est de mettre en visibilité la France comme une start-up nation. En Israël, c’est un gros défi !", explique la coordinatrice du réseau dans l’Etat hébreu. Elle ajoute: "Le gouvernement veut inciter les entrepreneurs à s’implanter en France, c'est la porte de l'Europe que Londres n'est plus", indique Leslie Gahnassia, en référence au Brexit.

"La région Sud est aujourd'hui le troisième acteur dans le domaine de l'innovation après Londres et Berlin", ajoute Caroline Pozmentier. "Nous disposons de 300 laboratoires de recherche, de quatre universités et de sept filières leaders dans le domaine des technologies, de l'Internet et de la micro-électronique", précise l'élue.

"Plus de 100 milliards d'euros ont été dédiés à la recherche et à l'innovation et 43 autres aux technologies de l'information et de la communication", ajoute la vice-présidente du conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur. Des budgets conséquents "qui vont nous permettre de rendre le territoire attractif mais aussi d'attirer de nouveaux talents, et la startup-nation n'en manque pas !", conclut Caroline Pozmentier.

Lors de sa visite en Israël en septembre dernier, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat chargé du numérique l’avait confié à i24NEWS: "Mon rêve est de trouver des entreprises françaises et israéliennes qui vont travailler ensemble, partager leur capital et aller conquérir le reste du monde".

Un souhait qui pourrait se réaliser lors de l’"happy hour" de réseautage mis en place par la French Tech Israel et Business France dans le cadre du festival DLD, ce mercredi, à 15 heures.

L’édition du DLD Tel Aviv Innovation Festival 2018 a lieu du 3 au 6 septembre. Le programme complet est disponible ici.

Laura Jeanneau est journaliste pour le site d'i24NEWS en français

Commentaires

(0)
8Article précédentFacebook stoppe des campagnes de désinformation iraniennes et russes
8Article suivantTwitter n'était "pas préparé" face à une manipulation des réseaux sociaux