Quantcast i24NEWS - Le réalisateur Moshé Mizrahi, seul Israélien "oscarisé", inhumé à Tel-Aviv

Le réalisateur Moshé Mizrahi, seul Israélien "oscarisé", inhumé à Tel-Aviv

Tel Aviv (Israël), i24news
i24news

Le réalisateur Moshé Mizrahi, seul cinéaste israélien à avoir reçu un Oscar, est décédé vendredi à l'âge de 86 ans et sera inhumé lundi à Tel-Aviv, ont annoncé es proches.

Moshé Mizrahi avait reçu l'Oscar du meilleur film étranger en 1978 pour l’adaptation du roman de Romain Gary "La vie devant soi", qu'il avait réalisée en France.

Le long métrage avait également valu à Simone Signoret, qui interprète Madame Rosa, le rôle principal, de remporter le César (équivalent des Oscars en France) de la meilleure actrice la même année.

Le cinéaste israélien est décédé à Tel-Aviv où il vivait.


Né en 1931 en Egypte, il avait émigré vers la Palestine mandataire en 1946 avec sa mère et son jeune frère. Ce dernier sera tué par une attaque aérienne égyptienne en 1948 durant la guerre israélo-arabe suivant la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël.

C'est en France, dans les années 1950, que Moshé Mizrahi étudie le cinéma et devient réalisateur. Il partagera sa vie entre Israël et la France.

Deux autres de ses films, "Rosa, je t'aime" (1972) et "La maison de la rue Chelouche" (1973) ont été nommés pour l'Oscar du meilleur film étranger.

Il a dirigé certains des plus grand acteurs français comme Bernadette Lafont, Jean Rochefort, Pierre Richard et Annie Girardot mais aussi l'acteur américain Tom Hanks qu'il a fait jouer dans "Every Time We Say Goodbye", une co-production israélo-américaine en 1986.

La comédienne Guila Almagor qui a joué dans plusieurs de ses films a confié au site d'informations israélien Walla que "Mizrahi avait apporté une touche européenne au cinéma israélien".

"Je lui suis reconnaissante de m'avoir offert certains de mes plus beaux rôles au cinéma", a ajouté l'actrice, héroïne principale de "La maison de la rue Chelouche", film autobiographique sur la vie d'un adolescent qui arrive avec sa mère d'Egypte en Palestine mandataire.

Moshé Mizrahi a également enseigné le cinéma à l'Université de Tel-Aviv pendant plusieurs années.

Son ancienne collègue, Régine-Mihal Friedman, universitaire et spécialiste du cinéma israélien a déclaré à l'AFP que "Moshé Mizrahi était une personnalité extrêmement spéciale dans le cinéma israélien et bien au-delà".

Elle a par ailleurs souligné la place importante que le cinéaste accordait aux femmes dans son œuvre.

Divorcé de la romancière et scénariste Rachel Mizrahi, il était remarié avec l'actrice et réalisatrice israélienne Michal Bat Adam.

Commentaires

(0)
8Article précédentDécès de l'ancien résistant Arsène Tchakarian, dernier survivant du "groupe Manouchian"
8Article suivantJérusalem: des archéologues dévoilent une boucle d'oreille vieille de 2.200 ans